Se souvenir de son passé, le porter toujours avec soi, c'est peut-être la condition nécessaire pour conserver, comme on dit, l'intégrité de son moi. Milan Kundera

Memoire d'un Goulettois...Les Balancelles...

Voici un magnifique récit de mon ami Albert ce merveilleux conteur à l'imagination débordante... Son talent ne se résume pas à cela, il a un humour fou et quelques minutes en sa présence vous font oublier les petits tracas de la vie. Il possède une acuité si particulière et peut restituer dans des sketchs, à mourir de rire, ce qu'il observe autour de lui.
Mais il peut aussi vous amener les larmes tant son âme est sensible.
C'est un vrai artiste...Et un vrai goulettois...

Le récit en 4 pages qui suit est un hommage à ses amis Italiens de la Goulette... Il mérite toute votre attention. Cliquez sur chaque image numérotée de 1 à 4 pour qu'elle s'affiche en grand.

A mes amis les Italiens de la Picola ‘Chichilià’.


















17 commentaires:

zahraten a dit…

La Goulette a "ensorcelé" tous ses enfants et visiteurs ¨¨
Ya Hassra La goulette
le quartier de la Sicile, le port, la jetée... Claudia Cardinale...... la Goulette, la symphonie des couleurs, le vert et le bleu azur, la farandole des sens, la Madonna..l’émotion me serre la gorge.La goulette n’est
elle pas “la gorge de la riviè¨re”.???
Comme la GOULUE, immortalisée par Toulouse LAUTREC,la Goulette a vècu des temps heureux…
Des moments délicieux qui ont filé………..YA HASSRA



Merci... NOSTALGIE QUAND TU NOUS TIENS .Tout cela me rappelle "la madeleine de Proust"....La Goulette, lieu de ma naissance, un certain jour d'un mois d'Avril , il y a de cela plus de 50 printemps!
J'y suis née, j'y ai passé ,mon enfance , ma jeunesse.. j'y vais souvent rien que pour me rappeler de l'ambiance d'antan. de la joie de vivre ...des dames ...Mmes Bellaiche, Smadja, Cohen, Sfez, Guez, Maarek, Tubiana, Haddaoui...et j'en citerai encore, parées dans leurs jolies toilettes , qui se retrouvaient les après midi, au "café vert" d'antan, connu par les goulettois de ma génération, pour discuter , rire et partager leur savoir! .Mes parents habitaient La Goulette jusqu'à leur décès.Notre demeure ,non encore restaurée, n'est pas loin du majestueux Casino
Ma mère ,était cordon bleu! Sa cuisine très variée ... traditionnelle,régionale, juive, française, turque, marocaine..) était très appreciée .On se régalait! de son couscous aux boulettes, de sa bkaila , servie avec du couscous (nature), du "HraÏmi" , des boulettes aux poissons...Ses pains de Boulou très vite "dévorés" accompagnés de citronade ou de sirop d'orgeat...acheté chez Victor de la rue des tanneurs!
Je citerai aussi, la Guizata.. les gâteaux de savoie que l'on fourrait de glace achetée chez Bebert, ou de nougat (je n'ai jamais goûté du nougat aussi bon que celui que j'achetais chez "le nougatier qui s'installait " en face du Chalet vert"...et dont j'ai oublié malheureusement le nom...

Que de bons souvenirs!
Merci pour la bonne humeur.

@ bientôt

Michelle - Artiste Peintre a dit…

C'est Albert qui va être content de retrouver une Goulettoise grâce à ce récit.
Mais dis-moi Zahraten, je pense qu'il y a une particularité goulettoise, que ceux qui y sont nés sont très doués dans l'art de raconter des histoires.
Comme tu viens de le faire ici. Quelles belles images tout çà...! Je me suis laissée transporter à La Goulette dans ce monde où tout paraissait plus léger, où le "fedlique" comme dit Albert régnait en maitre, où tout était bon pour rigoler, s'amuser.
Où les fêtes des autres communautés étaient aussi vos fêtes.
Ben alors c'était toujours la Fête à La Goulette...
Ce soir Albert va te lire et te répondre. Alors on t'attend...
Bonne journée

Breitou a dit…

Tout n'est pas perdu ZAHRATEN.

La preuve est que nous sommes
encore là pour faire revivre cette époque.

J'ai bien connu les HADDAOUI.
Qui habitaient à la rue DE KORBOUS, je crois pas loin de la jetèe. Sa maman y est encore, je crois.

Une de leur fille l'ainèe s'était illustrèe dans la chanson.

Si pareilles témoignages vous interressent, je demanderais à ma chére amie Michélle ce qu'elle en pense.

Merci.

zahraten a dit…

bonsoir,
actuellement je suis loin de La Goulette..sur l'autre rive de la grande bleue...Cela ne m'empêche pas de jeter un coup d'oeil sur les blogs qui dégagent de la sincèrité et des sentiments amicaux.
@ Breitou
La famille HADDAOUI , residait à l'ex rue de Marseille à la Goulette casino, et je me souviens qu'en été, ils organisaient pour leurs amis et voisins une projection d'un film noir et blanc tous les samedi soir .Ils ont habité plus tard à la rue dont j'ai oublié le nom, en face du restaurant Venus , à la Goulette vieille . J'ai appris qu'après le decès de Monsieur Haddaoui, Myriam sa veuve est partie à Paris rejoindre ses enfants. j'ai d'ailleurs reçu deux mails de ses petites filles, ce qui m'a fait enormément plaisir.
Cela bouillonne dans ma tête

"Jours devenus moments, moments filés de soie,
Délicieux moments, vous ne reviendrez plus"
La Fontaine

zahraten a dit…

je consulte souvent quelques sites qui parlent ou publient des photos sur la Goulette , parmi ceux là une belle video sur... .http://lagoulette.unblog.fr/tag/a-la-goulette/
@ bientôt

Breitou a dit…

C'est exactement celà pour la famille Haddaoui.

D'ailleurs, je n'habitais pas très loin, à quelques métres du célèbre mûrier. Juste en face aussi de l'épicier Mongi, rue pasteur jusqu'en 1960 puis à la rue du LIMOUSIN.

Tjs à la Goulette bien sûr.
Je l'ai quittée en 1989.

L'une des filles Haddaoui s'appellaient je crois Martine.

Merci pour ce témoignage Zahraten.

zahraten a dit…

@ Breitou

Le celèbre mûrier de la Goulette Casino, c'est chez moi¨!
...

Anonyme a dit…

J’ai aussi quelques souvenirs ’amarcords’ avec des balancelles et La Goulette :
Celui de ma Mère, qui voyant le retour des balancelles de son balcon perché sur une colline de Carthage, guettait ensuite avec anxiété le prompt retour du travail de mon père pour qu’il puisse vite l’accompagner acheter du poisson frais à la Goulette, au pied du fort de Charles Quint, là où se tenait le marché le soir à la lueur de mauvaises loupiotes, …ces étals couverts de bonites, de thons, de daurades, de mérou (il y en avait encore), de mulets, de poulpes, et parfois de pesce spada… ces étals …comment imaginer alors qu’ils pourraient un jour devenir émotions dans nos souvenirs ? J’avais 4 ou 5 ans

Plus tard, nous dînions d’un poisson complet –peut être chez Bichi ou chez Kahloun –.
La rue s’est soudain remplie du défilé d’une foule scandant des vociférations agressives : les mirages français venaient de tirer à Bizerte : je n’ai pas compris alors qu’une certaine page d’histoire tournait sur un livre se refermant :

Plus récemment, probablement dans le même restaurant, on ma demandé si je voulais pour mon poisson complet un mulet de pêche ou d’élevage … le temps avait étendu sa dévastation aux choses les plus emblématiques…. mais mon poisson complet, honnêtement pêché, demeurait excellent :

Et puis les marchands de jasmin sont encore là pour longtemps. Tout n’est pas perdu

Michelle - Artiste Peintre a dit…

On a retrouvé le célèbre MURIER...! Albert et Zahraten vont encore se trouver des souvenirs communs et on peut reprendre le célèbre refrain : "Quand un Goulettois rencontre un autre Goulettois, qu'est-ce qu'ils se racontent... des histoires d'Goulettois..."

Continuez vous deux à peindre votre Goulette, je suis sous le charme...

Michelle - Artiste Peintre a dit…

@ Anonyme,

Elles sont belles vos images de retour des pêcheurs, la maman qui guette son mari...Le petit garçon en culotte courte qui observe ce monde qui l'entoure fixant couleurs, odeurs et bruits...
Cette musique de l'enfance qui ressurgit de manière plus aigüe pour nous.
J'ai le sentiment que certains Tunisiens ayant connu cette époque bénie ressentent eux aussi la "perte" d'un monde aujourd'hui disparu et qu'ils conservent parfois de vieux réflexes quand... au détour d'une rue, ils cherchent le commerçant juif, sicilien ou maltais...

Revenez autant que vous le voulez déposer vos souvenirs ici, c'est un devoir pour les jeunes générations qui nous lisent.

Breitou a dit…

zahraten a dit...
@ Breitou

Le celèbre mûrier de la Goulette Casino, c'est chez moi¨!
...

dimanche 8 juin 2008 19 h 38 CEST

Comme c'est magique.
Et dire que j'habitais à 5O métres de chez vous. En face de votre maison habitait une famille HADIDA.
Richard et ses soeurs étaient de grands amis.

Vous aviez comm rabbin ,le rabbin Akiva z'al.

Bon, puisque notre chére Michelle, nous permet de faire revivre qqs bons souvenirs, je m'ay attacherai sans abuser.

Merci.

Breitou a dit…

Il était un célèbre murier
Celui de la Rue de Marseille
A quelques coudées
De mon ancienne maison.
Il était une merveille.
Ce bel arbre de saison.

Je m’en souviens
Comme si c’était hier la veille.

Généreux à souhaits
Il nous offrait
Tous les étés
Ses fruits mûrs et bien gonflés.

J’étais bien jeune.
9 ou 13 ans à peine.

Nous étions jeunes
Un groupe de copains
De fortune, bien mêlé
Et plein d’entrain.

Nous étions agrippés à ces branches.
Ses feuilles vertes nous cachaient
De tous les curieux qui passaient.

Comme de vrais boas, nous l’entourions
Comme on serre une bienaimée dans ses bras.

Et là, on goutait à ses fruits qui nous attendaient.
Un simple murier sauvage qui nous a domestiqués
Et le danger nous l’avions apprivoisé.

Il était aussi celui qui nourrissait
Nos vers à soie, par ses feuilles, bien nés.

Mouhad el Brel a dit…

-- Chapeau bas Breitou
-- Merci Michelle, chez vous on pousse simplement la porte, comme autrefois là bas, et j'espére comme demain

Michelle - Artiste Peintre a dit…

Bonjour Mouhad

J'ai bien ri parce que vous avez rajouté "el brel" à votre pseudo.
Mais saviez-vous que les ânes sont loin d'être aussi bêtes qu'on le prêtant.
Ils seraient même très intelligents.

Merci d'avoir poussé la porte. La "Rssira" est là comme autrefois et demain encore...

zahraten a dit…

@breitou?
Bonjour à toi et à tous nos voisins,
Merci pour ce beau poème que je vais lire à mes proches. ceux qui l'ont aimé et chouchouté. celèbre mûrier qui est toujours là donnant à chaque printemps ses fruits toujours aussi bons , malgré le poids des années.
Ce sont aussi mes beaux souvenirs et tu me rappelles là , la peur de feu Papa, de voir un enfant tomber ou d'avoir mal au ventre.

l'un de nos voisins, Ezzeddine le joueur de Volley , le fils de 3am Mongi l'épicier ,montait toujours chez nous pour nous faire admirer ses vers à soie qu'il cachait précieusement § Je pense qu'il vit actuellement en Belgique. Rabbi m3ah..
En face de chez moi, habitaient les parents de l'une des gloires du foot ball (UST) , Hammouda .
Merci encore

Breitou a dit…

Donc, tu connais Azzedinne Meddeb le fils de Si Mongi??? **

J'étais le capitaine de Volley de l'USG à cette époque et bien sur Azzeddine était dans l'équipe rentrante. En effet, il vit en Belgique depuis longtemps, il a même un restaurant là bas.
Sa famille vit tjs à la Goulette et je ne sais pas si sa soeur y est encore.

Les Hamouda je les ai connus aussi.
Ils habitaient effectivement en face du mûrier, dans l'immeuble.

Et tu ne me connais pas encore....??? Bizarre....

Michou, la connexion s'est rétablie.

Michou, par la magie du net et surtout grâce à ton blog voilà que je retrouve une ancienne goulettois.

Breitou a dit…

Il y a comme celà, des endroits qui sans le vouloir vous attire.

Une bonne attirance émane de ce site. Et chez Michelle, oui chez Michelle on se sent bien.

Je me sens bien.

Il y fait doux, il y fait bon et en plus nous avons une fenêtre bleue grande ouverte sur notre grand large d'ici où l'on vit.

Je crois que je vais louer une petite chambre ici, c'est bien comme celà que faisaient les étrangers qui estivaient chez nous non??? A la Goulette...?? Tout comme à Nabeul d'ailleurs...!!

Merci Mouaah lââziz.