Se souvenir de son passé, le porter toujours avec soi, c'est peut-être la condition nécessaire pour conserver, comme on dit, l'intégrité de son moi. Milan Kundera

Bons baisers...de la Goulette



Qui sont les Juifs venus de Tunisie ? Comment ont-ils vécu là-bas ? Pourquoi sont-ils venus en France ? Loin des clichés qui ont fait leur succès au cinéma, Ruth, Isaac, Guy, Alain, Charles et quelques autres racontent leur histoire à travers leurs souvenirs.

On les appelle les « Juifs tunes » à Paris, ils ont investi les quartiers de Belleville, du Sentier et du Faubourg-Montmartre. Pourtant, leur vie n'a pas commencé ici ; elle a pris racine de l'autre côté de la Méditerranée, en Tunisie. Ceux que la réalisatrice a rencontrés à Paris racontent la nostalgie d'un paradis perdu. Ils se souviennent, idéalisent parfois leurs 20 ans passés au bord de la mer dans le quartier de la Goulette, à Tunis, la douceur de vivre bercée par l'odeur du jasmin. Des souvenirs qui constituent un véritable ciment entre ces exilés depuis toujours attachés à la France.

De la Tunisie vers la France


La présence des Juifs en Tunisie remonte à plus de 2 000 ans.
Ils vivaient au côté des musulmans, s'habillaient comme des Orientaux, parlaient judéo-arabe. Longtemps, ils constituent une communauté pauvre, un peu à part. Au XIXe siècle, ils évoluent dans leur quartier, séparés mais aussi protégés. Pourtant, en Tunisie, les différentes communautés — musulmane, italienne, juive et française — ont vécu en bonne intelligence. L'arrivée des Français transforme l'économie du pays et fait marcher l'ascenseur social. Une élite juive s'installe alors peu à peu.
D'un autre côté, l'appauvrissement de nombreux Tunisiens fait naître un sentiment nationaliste. Puis arrivent les heures sombres de la guerre, 3 000 Juifs tunisiens sont déportés, leurs biens confisqués. Mais, après la Libération, ils décident de tirer un trait sur Vichy et demeurent attachés aux valeurs de la France, qui leur a déjà tant donné. La première rupture arrive en 1956 au moment de l'indépendance : la Tunisie devient officiellement un Etat arabe islamique, les Juifs perdent leurs repères, ne maîtrisent pas assez l'arabe. C'est alors qu'ils se tournent vers la France et partent avec les colons.
Au total, ils sont 55 000 à s'installer dans l'Hexagone, où la communauté se reconstitue. Entre-temps, leur regard s'est aussi porté vers le nouvel Etat d'Israël, 5 000 s'y installent. Ils vont vivre avec lui les soubresauts de l'histoire du Moyen-Orient, assister à la radicalisation de certains musulmans et à la montée de l'antisionisme du monde arabe, notamment à partir de la guerre des Six-Jours, en 1967. Autrefois 100 000, il ne reste aujourd'hui que 1 200 Juifs en Tunisie, beaucoup reviennent chaque année dans ce pays qu'ils n'ont jamais vraiment quitté.

Valentine Ponsy

1 commentaire:

zahraten a dit…

A tous les nostalgiques et amoureux de LA GOULETTE

voici un hommage à ma ville natale..écrit par Taoufik TOUIL - Tuunis -29 Decembre 2008

http://www.tunisia-today.com/archives/54200


Une prestigieuse fenêtre sur le bon vieux temps
Jadis on disait que la première vague sortait de la Goulette
Comme la ville d’Athènes et Beyrouth
La Goulette organise les défilés des rêves !
++++++
Pour se purifier les amoureux préfèrent les eaux de la Goulette
Sur sa plage toute histoire d’amour a une page
Un baiser à la Goulette et tu traverseras l’océan
Quel monument de purs sentiments !
++++++
Aux bords de la côte le marin est prince
Et les poissons s’offrent volontiers aux filets des pêcheurs
Il est glorieux d’appartenir à la Goulette
Le seul endroit où l’étranger est chez soi !
++++++
Quand un oiseau naît le matin au port de la Goulette
Il est fêté le soir au port de Marseille
Les grands ferries des mers s’habillent en blanc
Pour venir prendre une photo avec elle !
++++++
Sa spéciale fraîcheur t’emporte à une vierge planète
Et on comprend que seul le simple est charmant
La Goulette est avant tout l’histoire d’un peuple qui chante !