Se souvenir de son passé, le porter toujours avec soi, c'est peut-être la condition nécessaire pour conserver, comme on dit, l'intégrité de son moi. Milan Kundera

Les Secrets Bleus...

Ce tableau est né au bout de 9 mois. Ce fut une véritable gestation pendant laquelle je n'ai pas touché un pinceau. Je ne pouvais pas...

Emotions de l'enfance retrouvée...

Je suis née sur cette terre baignée par la Méditerranée que j'ai quittée alors que je n'étais qu'une enfant mais qui ne m'a jamais quittée.

Durant ces années d'exil, j'ai vécu comme amputée d'une partie de moi, de mon histoire. Un long cheminement intérieur m'a permis de retrouver mes racines et de rencontrer la peinture.

Tel l'artiste qui cherche, j'ai cherché. Et soudain, j'ai su. Je peindrai ma Tunisie. Une première toile naissait : "Les secrets Bleus".

Un voyage pressant me ramena vers ma ville natale où chaque lieu redevenait familier et ravivait ma mémoire. Les yeux éblouis de soleil, la petite fille se souvenait et pleurait...

Peindre mon pays, c'est ma manière d'exprimer ce lien si fort qui m'unit à cette terre.

C'est dans le respect des formes, de la réalité que je vis ma peinture et dans le désir de faire partager mes émotions chaque fois plus intenses.

8 commentaires:

Hatem a dit…

Les Secrets Bleus... un tableau plein de secrets. D'abord, bravo pour ton blog et tes peintures! Vraiment très bien! En faite, mon commentaire n'est qu'une expression de mes sentiments...Ce tableau m'a contacté... il a parlé avec moi. Je ne peux pas décrir mes sentiments lors de la "dégustation" de ce tableau! J'entends le silence qui entoure cette maison pendant le moment de la fameuse sieste en été. Je sens l'odeur des fleures ainsi que celle de la chaleur... Je n'étais jamais touché par un tableau comme cette fois-ci... BRAVO...BRAVO...BRAVO... t'as réussi à le faire.
Mes salutations les plus distinguées
Hatem (tunisien résident en Allemagne)

Michelle - Artiste Peintre a dit…

Merci Hatem pour ce gentil commentaire.
"Les secrets Bleus" est le premier tableau de ma période tunisienne. Comme je l'expliquais, j'ai mis 9 mois avant de me lancer à le peindre, 9 mois où je n'ai pas touché un pinceau...
Je l'aime beaucoup et moi-même chaque fois que je le regarde, je ressens cette attraction.
Et bien sûr c'est aussi le tableau qui m'accompagne tous les jours, c'est pour çà que je n'arriverais jamais à m'en séparer.
J'en ai refait 2 autres que j'ai offert à mes proches et un très grand qui sera à vendre quand il sera entièrement fini.
A bientôt Hatem

Anonyme a dit…

Bonjour Michèle,

Dans le "Bazar de Cesar" :
http://fourques.canalblog.com/ :
le bleu de Sidi bou,
le parfum du jasmin...
le goût de Tunis
à bientôt
Jean-Claude

carfulco@aim.com a dit…

compliments pour le site
simple lumineux clair, beau à voir et à lire
merci pour votre travail
Carmelo dalla Sicilia

Michelle - Artiste Peintre a dit…

Bonjour Carmelo,
Je m'en veux, je n'avais pas vu votre commentaire.
Toutes mes excuses pour cette réponse tardive.
Merci pour vos appréciations qui apportent du baume au coeur.
Vous vivez en Sicile ?
A bientôt
Michelle

*MeL* a dit…

Je reviendrai ...l'ambiance de votre blog respire la beauté, la gentillesse et tant d'autres choses qui enchantent les yeuxet le coeur.
Je m'autorise de vous mettre dans mes liens.
A bientôt ...à la nuit tombée
Mel

Michelle - Artiste Peintre a dit…

Merci Mel
Revenez...Ca fait plaisir de vous lire ici.
Etes-vous Mel que je lis chez Michel Giliberti mon ami?
A bientôt
Michel

STAR a dit…

Michelle,Je viens de découvrir ton blog comme on découvre un secret et je suis bouleversé par tout ce que tu portes en toi,par les proximités de notre histoire,par la sérénité apparente de tes tableaux, par les émotions du non dit.
Ton histoire est aussi la mienne, moi qui suis né à Tlemcen en Algérie.
Quand j'ai quitté ma maison en 1962, j'ai pleuré en cachette, je n'avais que 8 ans mais je savais que l'on ne reviendrait jamais, je sentais que mes parents allaient devoir affronter une terrible situation,être dépossédé de tout ce qu'ils avaient construit mais aussi de tout ce qu'ils avaient profondément aimé.Cet exil a fait de nous des êtres à part, avec une extrême sensibilité et en même temps nous a donné des armes mentales pour affronter plus tard des situations qui nous sont apparues comme dérisoires par rapport à ce que nous avions vécu.
L'odeur des orangers et du jasmin,le bruit des noyaux d'abricots dans nos poches à l'école,la fraîcheur des dalles de la salle à manger,les grands platanes de l'Esplanade du Méchouar,tout est intact dans ma tête et c'est pour cela que mes chers parents qui nous ont quitté et moi n'avons voulu jamais retourner Là ou nous sommes nés...
Un grand bravo pour ton blog et pour tes tableaux
Bises
Patrick Bénichou