Se souvenir de son passé, le porter toujours avec soi, c'est peut-être la condition nécessaire pour conserver, comme on dit, l'intégrité de son moi. Milan Kundera

La petite fille aux pieds nus...

Sur le balcon de ma maison
J’avais un petit compagnon
Parfois nous causions ensemble
De nos rêves secrets en silence...

Sur le balcon de ma maison
La petite fille aux pieds nus
Jetait son marin à la rue
Aux dires de ma mère
Ne comprenant pas pourquoi…
Par ce geste si souvent répété
J’étais assurée de son retour vers moi.

Avec les enfants de ma rue
Sur l'asphalte les pieds nus
Nous inventions jeux et rondes
dérangés par le passage fugace
De quelques ombres mouvantes...
Avec les enfants de ma rue
Cris et chamailles mêlés au hi-han
d'un âne agacé d'un chien errant
Nous brisions le silence et la poussière des rues
Là-bas...
Comme tous les enfants du monde...




Je voulais apporter un éclairage sur la 1ère photo qui est le résultat d'un montage à partir d'une photo de Mourad avec un effet vieilli où j'ai rajouté un enfant sur le balcon et son jouet (un petit marin) lancé dans la rue. Le jeu du "Fort-da" décrit par Freud, par le jeu de la bobine.La 2ème photo des petites filles jouant dans une ruelle de Tunisie a été vieillie volontairement. Vous trouverez l'original ici.

7 commentaires:

Breitou a dit…

Que de souvenirs ces balcons.
J'ai eu la chance d'en avoir un, il y a si longtemps.
Une grande fenêtre ouverte sur la rue. Et de là, de mon gué, je pouvais entendre les marchands des quatres saisons, et tous ces petits métiers ambulants qui criaient leur fonction.

Je vois encore le laitier, et ma mére qui laissait tomber son couffin attachè à une corde, pour lui servir son litre de blanc.

Idem le fruitier.

Ces opérations de 'couffinage' la soulager tant soit peu de prendre la rampe d'escaliers.

Du balcon, maman nous appellait souvent pour nous rappeller que nous devions rentrer avant que la nuit tombe.

Y'avait aussi les terrasses, ces espaces de grande libértè et de joie.

Que du bonheur ces souvenirs remis d'actualitè.

Bravo Michéle.
Continue.

herbert a dit…

Bonjour, Michelle.
Je veux te dire, que si j'apprécie la qualité des photos,et les explications que tu en donnes, je suis sensible aussi et particulièrement, au texte, que je trouve admirable.
Bonne journée à toi.
Bisous

Michelle - Artiste Peintre a dit…

@Breitou
Je savais que cela allait réveiller des souvenirs chez toi. Oui il y avait aussi les terrasses... Ces moments-là, on ne les oubliera jamais.

Michelle - Artiste Peintre a dit…

Bonjour Herbert
Vraiment je suis très touchée par ce que tu qualifies "d'admirable". Cela
m'encourage énormément car parfois, j'ai envie de m'éloigner...Cette aventure du blog me prend à ma peinture et je ne sais pas faire 2 choses à la fois. Je suis trop entière dans ce que je fais.
Bonne journée à toi et encore merci de tes passages ici.

herbert a dit…

Des fleurs pour toi: gros bisous et plein de bonheur et de jolie fleurs , je fais suivre ce joli texte que j'ai reçu à mes blogs préférés Ce serait amusant de voir combien j'en recevrai et voir si le nombre de bouquets augmentera effectivement. Remarque : Chaque fois que vous le recevez, il y a un bouquet qui s'ajoute Fais parvenir à tous tes amis, incluant moi et ne me dis pas que tu es trop occupé pour cela. Ne connais-tu pas l'expression "s'arrêter pour respirer le parfum des fleurs"? Vois combien de bouquets te reviennent! Le bonheur te garde gentil(le). Les épreuves te gardent fort(e). Les chagrins te gardent humain(e). Les échecs te gardent humble. Tu es si spéciale ! Bisous
Tu sais, il ne faut toujours rester enfermé dans son univers de création.Après tout, tu en sors quand tu veux.
Bon dimanche à toi.

Fred-Élie Rocher a dit…

Ce qui m'a touché c'est la photographie. Peut-on se procurer ce genre de balcon au Québec ?

Gustave Durand a dit…

Bonjour Michèle,
Ton poème m'a beaucoup touché, mes enfants jouent souvent sur le balcon, j'espère qu'ils en auront de bons souvenirs.
Je ne fais pas d'aussi beaux montages photos que toi mes voici le balcon de mes enfants. :)