Se souvenir de son passé, le porter toujours avec soi, c'est peut-être la condition nécessaire pour conserver, comme on dit, l'intégrité de son moi. Milan Kundera

Rupture...


Comme je l'écrivais précédemment, il a suffi qu'on extrait des entrailles de la terre de Kélibia si proche de Nabeul ma ville natale, un monument sacré du judaïsme pour que coule ce texte que je me suis mise à écrire, surprise de cette émotion suscitée par ce rappel historique qui vient démentir tous les oublis concernant notre présence sur cette terre.
Quand je te peignais, je t’appelais « maTunisie »
Et mes jours et parfois mes nuits, je les passais à recréer tes soleils, tes bleus, tes ombres et tes lumières alternant entre exaltation et douleur.
Il fallait que tu vives autour de moi et ce contact charnel envolé, je l’avais au bout de mes doigts maculés de matière que je posais sur tes ciels, sur tes sables, sur tes ruelles blanches…
Tu resteras une partie intégrante de nous-mêmes...
Terre de vie, Terre de douleurs transportées avec soi sur le chemin de l’exil où parfois quelques fenêtres de nostalgie, de souvenirs s’ouvrent pour les refermer aussitôt en se disant, c’est fini tout çà…
Tu es devenue un pays en bande dessinée dont les cases d’images floues et éparses ne pourront jamais constituer un album. Il restera inachevé… On a changé l’histoire et les personnages.
Aujourd’hui, je peins d’autres terres, d’autres soleils, d’autres bleus qui m’offrent ces étincelles de bonheur que tu ne me donnes plus.

5 commentaires:

Breitou a dit…

Un raffinement dans le geste que l’on devine souple, régulier et sans précipitation, presque calculé, le mouvement est cool afin de donner à ces ensembles une sensation de fragilité.

La légèreté du pinceau semble glisser, effleurer la toile, le choix des couleurs, douces et éclatantes sans agressivité ; tendresse dans l’expression et simplicités des sujets principaux choisis et peints dans une harmonie de tons chauds à prédominance bleue et blanche et qui vous plonge dans les abysses calmes et paisibles de la NOSTALGIE.

Ce second lit de souvenirs, dans lequel tout un chacun puise sa réflèxion; la peint, la revit, l'écrit et la relit à sa maniére, bien des années plus tard, avec son soleil, sa plage, sa mer bleue, sa porte, ces hommes d’honneur du DESERT, ces femmes en costumes traditionnels Sefs- Saris etc....

Ca ne finit pas la Nostalgie. Elle vous colle à la mémoire, à la peau et prend votre esprit en otage.

Peindre ou la raconter. Sont les seuls moyens de s’en exorciser.

Ainsi soit t’il.

Tu y arrives très bien Michelle. C’est très reposant.
Quel talent. 5X5.

Albert des beaux arts.

Michelle - Artiste Peintre a dit…

Breitou, charmée par tous ces mots d'encouragements. Merci et sois le bienvenu ici. Pousses la porte autant de fois que tu le désires.

Breitou a dit…

J’ignore si le grand Architecte des Mondes a prit la précaution ou le soin de dessiner, avant de projeter, sur son grand chevalet, les merveilles de sa grande Œuvre.

Je m’instruis cependant de ce qu’il a servi de bon à ces enfants. L’ART dans sa grande complexité.

Je sais aussi que le Grand Maître offre des dons, sans qu’on le lui demande.
Il en existe sept pour être parfait.
Le don de Science
Le don de Force
Le don de Conseil,
e don d'Intelligence
Le don de Sagesse
Le don de votre Crainte
LE don de la piété.

Vois-tu tu ne les as pas tous, heureusement, sinon, des ailes auraient poussé à tes mollets.

Cependant, parmi ses 7 dons, il en a 3 qui te vont à merveille, celui du conseil, de l’intelligence et de la sagesse sans oublier le don de ton art, la peinture que tu portes au bout de tes doigts et de tes talons.
Je parle de talent.

La gentillesse, le respect, le savoir vivre, sont tes vertus premières.
Ajoutons à cela ton humour fin, un bon locataire dans un esprit délicat à souhait nous avons là un cocktail détonnant.

Sans y ajouter de l’huile, tu es naturelle.

Comme il faut parler Art ici, je t’informe que je m’y connais un peu puisque mon ancien métier de marbrier à Tunis me donner l’occasion de créer de très belles choses, d’une part et Goulettois, pleins de défauts d’autre part , font que l’amalgame que je suis, suivra avec beaucoup de bonheur tes belles œuvres.

J’apporterai mon grain de sel puisque la grande porte de Nabeul m’est ouverte.
Avec tact et chaleur.

Je m’annonce en tant que grand admirateur, et cela depuis pas mal de temps, de tes jolies peintures.

A tantôt.

RM.

Albert Siméoni.

Anonyme a dit…

Bonjour Michelle,

Je suis tombée par hasard sur ce blog, je suis charmée et troublée à la fois. Vous écrivez avec des mots simples mais combien poignants. Je ne saurais en revanche m'exprimer sur votre art car novice je suis et le demeurera.
La Tunisie a nul doute perdu l'essence de son âme en permettant le départ de ses enfants juifs il y a plus de quarante ans.
Nous vous regrettons car perdure parmi nous beaucoup qui continuent de dire "Ya Hasra".
Malgré la distance, votre tunisianité transparaît à travers toutes vos rubriques, je ne peux que m'incliner.
Vous serez toujours chez vous, et je suis fière d'avoir une telle compatriote.
Amitiés.

Michelle - Artiste Peintre a dit…

Bonsoir ???

Je remercie le hasard de vous avoir menée jusqu'à moi. Votre message si beau de sincérité me touche au plus profond de moi.
J'aurais préféré croyez-moi ne jamais dire "Ya Hasra" ni vous entendre le dire.
Mais ce qui me conforte le plus c'est de sentir tant d'amour à travers vos messages.
A mon tour de vous dire merci, moi aussi je suis fière des enfants de ma Tunisie.
Amitiés
Michelle