Milan Kundera

" Se souvenir de son passé, le porter toujours avec soi, c'est peut-être la condition nécessaire pour conserver, comme on dit, l'intégrité de son moi ".

Deutéronome Ch.4 Verset 9

Deutéronome Ch.4 Verset 9

Hommage à mon Papa...décédé le 27 juillet 2016

 Joseph fils d'Alice et de Mardoché - né en 1928 à Nabeul - Tunisie

Tu avais ce visage-là quand je suis née...
Ma naissance a fait de toi un père, mon père...
Et lorsque tu te penchais sur mon berceau, je devais te trouver très beau...
Et c’est vrai que tu étais beau quand tu souriais avec cette malice dans tes yeux...
J’ai connu les parfums de la Méditerranée grâce à toi
Nabeul ta ville de cœur, de tes déchirures… fut aussi la mienne
Et je garde cette image de toi courant sur le sable chaud, embrassant la mer de tes bras si forts…
Tu disparaissais au loin et l’inquiétude dans mes yeux…

J’ai appris de toi la droiture, la rigueur et le souci du travail bien fait que tu nous as transmis…

J’étais dans tes bras quand est né le premier garçon
Et je répétais ces mots, aux cris de douleur de ma mère…. Rabbi fareuge mama…
Et tu as du surmonter l’épreuve de sa disparition dans l’insolence d’un été en  France…

Et des épreuves tu en as eu beaucoup, beaucoup trop et moi je pleurais en silence de te  savoir si malheureux…
J’aurais voulu être cette magicienne qui pouvait tout effacer… Mais non ma baguette magique ne marchait pas…

Mais parfois, tu me disais quand je venais te voir que j’étais le soleil qui entrait dans la maison….

Et tu as perdu ton dernier fils et là, la vie n’eut plus aucun sens pour toi… c’était il y a deux ans …
Doucement, tu as baissé les bras pour t’éteindre aujourd’hui… Et moi je t’ai pris dans mes bras…tu étais encore chaud de vie pour te couvrir de mes derniers baisers…de mes dernières caresses… avec une force que je ne me connaissais pas…

Tu vas retrouver tes fils et tu nous laisses dans un désarroi immense Maman, Thierry et moi…

Papa…mon papa… tu es notre étoile qui file vers le ciel… et l’inquiétude encore dans mes yeux…
Comment cela sera sans toi... ?

Aucun commentaire: